Compagnie Philippe Person http://www.compagniephilippeperson.com Site officiel de la compagnie de théâtre Philippe Person Mon, 01 Jul 2013 14:01:57 +0000 en hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.2.1 L’importance d’être Wilde http://www.compagniephilippeperson.com/?p=134 http://www.compagniephilippeperson.com/?p=134#comments Wed, 26 Oct 2011 10:22:58 +0000 admin http://www.compagniephilippeperson.com/?p=134 Pardon, Mr Wilde vous n’avez rien à déclarer ?
- Non, monsieur, si ce n’est mon génie !

L’image d’Oscar Wilde est accrochée à notre inconscient : un homme
brillant et insolent dont la déchéance fut à la mesure de la célébrité.
Sur scène, on a l’habitude de voir décliner quelques-uns de ses textes
essentiels : De Profundis, Le Portrait de Dorian Gray ou L’Importance
d’être Constant.
Avec ce spectacle, nous avons désiré mettre en lumière l’intelligence
suraiguë de l’écrivain mais aussi son humour aussi brillant que ravageur.
Comme nous l’avions fait avec certains de nos spectacles précédents :
L’Euphorie perpétuelle, Délivrez Proust ou Misérables, nous avons le
désir de proposer un spectacle multiforme, où les jubilatoires aphorismes
de Wilde, alterneront avec des extraits de ses pièces et de ses contes,
des minutes du procès qui ruina sa vie ainsi que des témoignages des
artistes qui l’ont rencontré.
Joyeux et savoureux bric-à-brac, nous imaginons que le parti pris de
l’insolence est le meilleur chemin pour faire redécouvrir ce dandy
magistral.

]]>
http://www.compagniephilippeperson.com/?feed=rss2&p=134 0
Beaucoup de bruit pour rien http://www.compagniephilippeperson.com/?p=114 http://www.compagniephilippeperson.com/?p=114#comments Thu, 20 Oct 2011 08:54:13 +0000 admin http://www.compagniephilippeperson.com/?p=114 Adaptation : Philippe Honoré

Mise en scène : Philippe Person

Avec : Anne Priol, Caroline, Victoria, Sylvie Van Cleven, Michel Baladi, Emmanuel Barrouyer, Olivier Guilbert.

Création au Théâtre du Lucernaire, le 29 Avril 2008.

196 représentations.

 

Festival d’Avignon. 23 représentations.

Tournées : Vergèze, Bron, Ile de Ré, Château Thierry, La Seyne sur mer, Rochefort, Saint Omer, Melun, Saint Jean d’Angely.

 

 

LA PIECE

Écrite en 1598, Beaucoup de bruit pour rien s’insère dans le carnet de ces comédies légères qui ont fait les délices du public élisabéthain. C’est sans doute, aujourd’hui, une des comédies les plus populaires de Shakespeare. Shakespeare fait ici le portrait d’une société enjouée, égoïste  et superficielle, à l’intérieur de laquelle souffle un revigorant vent d’insouciance et de légèreté.

Bénédict et Claudio, de retour de la guerre, rendent visite à Léonato.

Léonato a une fille, Héro, dont Claudio tombe follement amoureux et une nièce, Béatrice. Cette dernière, célibataire endurcie, ne cesse d’exprimer son dédain pour le mariage et l’amour. Bénédict, lui aussi ne jure que par le célibat. Ce point commun suffirait à les rendre complices, mais non, au lieu de se séduire, ils s’assassinent à coup de bons mots.

Autour d’eux, on s’évertuera à les faire se marier… et dans le même temps Don Juan, frère bâtard, s’attachant les services de Marguerite, voudra faire échouer le mariage de Héro et  Claudio. On veut unir les uns, désunir les autres. Shakespeare mêle ici, avec humour, haine et amour.

 

 

NOTE D’INTENTION

“J’ai situé l’action de Beaucoup de bruit pour rien aux Etats-Unis, dans les années 50. Bénédict et Claudio sont deux GI’s revenant de la guerre, Béatrice et Héro deux jeunes filles ne pensant qu’à danser, chanter et s’amuser. Ce sont des années d’après-guerre, des années de légère insouciance où la gaité et la liberté s’emparent de la jeunesse. Les mots de Shakespeare volent dans l’air comme des bulles, parfois acides, parfois acidulées, la bande son souligne l’époque.

Volontairement ramenée à 1h15 et interprétée par six comédiens, cette version ne garde que les évènements majeurs. Ici, pas de psychologie inutile, Shakespeare dépeint un monde où la chose vue ou entendue fait loi. On aime et puis on n’aime plus. On croit sans réserve ce que l’on veut bien nous faire croire. Ce théâtre est, à travers une écriture pleine d’humour, le vrai théâtre de l’amour et de la liberté. La jeunesse revendique, les certitudes ne font pas long feu, tout cela donne un rythme effréné que cette adaptation, très libre, s’est efforcée de garder.”

Philippe Person

]]>
http://www.compagniephilippeperson.com/?feed=rss2&p=114 0
Misérables http://www.compagniephilippeperson.com/?p=52 http://www.compagniephilippeperson.com/?p=52#comments Wed, 12 Oct 2011 14:09:28 +0000 admin http://www.compagniephilippeperson.com/?p=52 D’après le roman de Victor Hugo

Adaptation : Philippe Honoré

Mise en scène : Philippe Person

Avec : Anne Priol, Emmanuel Barrouyer, Philippe Person.

Création au Théâtre du Lucernaire, le 20 Octobre 2009.

111 représentations.

 

Festival d’Avignon. Théâtre du Balcon. 25 représentations.

Festival d’Anjou. 1 représentation.

 

 

Après les succès de Délivrez Proust et de Beaucoup de bruit pour rien, la compagnie Philippe Person continue son travail d’adaptation des grandes oeuvres. En 1h15 seulement, dans un décor et un univers musical qui évoquent le cirque et le cabaret, trois comédiens interprètent cette vaste fresque : Les Misérables

 

LE PROJET

« Quand le théâtre du Lucernaire nous invita, dans le cadre d’une résidence, à travailler sur sa

thématique : Les figures du rebelle, un nom s’imposa : Victor Hugo.

Qui de plus rebelle que lui ? Dans sa vie, dans son œuvre, dans ses engagements, il le fut.

C’est la proposition de Philippe Honoré, d’adapter Les Misérables, qui nous parut la plus pertinente dans le vaste choix des oEuvres de Victor Hugo.

Bien sûr, cette œuvre réunit tout ce que nous aimons d’Hugo ! Peut-être est-elle même « Tout

Hugo » !

S’inspirant du regard qu’il avait porté sur Proust dans Délivrez Proust, il (PHILIPPE HONORE) proposait de créer un spectacle impertinent et plein d’humilité d’après Les Misérables.

En plus de l’excitation insensée de monter cela au théâtre, nous y avons retrouvé une parole d’une extraordinaire actualité. Tout résonne en nous : les problèmes sociétaux, politiques, économiques … Et, aujourd’hui, dans ce monde aseptisé où nous cherchons en vain des rebelles, la parole de cet auteur est un formidable manifeste de courage, de conviction et de clairvoyance.

 

LA PIECE

Que faire de cette œuvre monstrueuse ?

Comme nous l’avons tenté précédemment avec Délivrez Proust, nous avons cherché à éclairer l’œuvre de Victor Hugo avec humilité et impertinence.

Dans un décor et un univers musical qui évoquent le cirque et le cabaret, trois comédiens, deux hommes et une femme, jouent, racontent et commentent Les Misérables.

En 1h15 seulement, ils font revivre la rédemption du forçat Jean Valjean, l’obstination du sévère Javert, la monstruosité du couple Thénardier, le calvaire de la pauvre Fantine et les amours triomphantes de l’éclatant Marius et de la belle Cosette…

La première partie de la pièce s’intéresse plus particulièrement au trio : Valjean -Javert-

Fantine, ce sont ensuite Cosette et Marius qui entrent en scène ; sans oublier le grand-père de

Marius, le truculent Monsieur Gillenormand.

Tous les changements, costumes et décors, se passent à vue comme dans un cabaret où nous pourrions voir les coulisses.

La narration et l’interprétation se mélangent tout au long de la pièce comme dans un fondu enchaîné au cinéma, pour nous faire vivre en 1h15 cette vaste fresque.

 

CHIFFRES DE FREQUENTATION.

 

PARIS

Billetterie : 68791 €

Nombre de spectateurs : 5843

Dont payants : 4687

 

 

AVIGNON

Billetterie : 25095

Nombre de spectateurs : 2356

Dont payants : 1982

 

 

Quelques extraits de presse

 

“Philippe Person, Anne Priol et Emmanuel Barrouyer jouent de manière très juste tous les personnages. Ils s’immobilisent par instants dans trois niches auréolées, comme trois saints illuminés. Les jeux de lumières donnent d’ailleurs des airs de Fellini à la mise en scène, qui fait d’abord rire… puis enchante, renvoie à nos mythes d’enfance et sonne comme un réveil éthique :”Le vrai secours aux misérables, c’est l’abolition de la misère.” Hugo le disait déjà. Reste beaucoup à faire et le spectacle le rappelle avec humour, amour, et Légèreté.” Sylviane Bernard-Gresch, Télérama TT

 

“On ne peut rêver meilleure entrée en terre hugolienne.” Gilles Costaz – Webthéa

 

“Une troupe déchainée, multipliant les coups de force, donnant un sérieux coup de jeune à l’œuvre. Grâce à eux, on découvre à quel point les thèmes évoqués par Hugo sont plus que jamais d’actualité. Mais la grande réussite de la pièce, c’est que tous les messages sont distillés via des clins d’oeil ou des envolées festives. Le public en redemande : la pièce a un tel succès qu’elle va être prolongée. Même Hugo doit en rire, heureux d’un tel, passage vers la modernité.” Renaud Baronian – Le Parisien

 

“C’est une réussite. P.Person et son équipe s’amuse avec le vieil Hugo.” Le Figaro Magazine

 

“Original, enlevé et intelligent… Voilà les adjectifs qui nous viennent à l’esprit pour qualifier le travail accompli par les deux Philippe… Humour, émotion, réflexion, tout est décidément bien là ! ” Dimitri Denorme, Pariscope

 

“Les Misérables avec trois comédiens et en un peu plus d’une heure. Surprise : ça marche ! Du théâtre de tréteaux qui fait mouche.” J.-L.J. Le Figaroscope

 

“L’oeuvre universelle est remise au goût du jour grâce au regard intelligent d’Honoré et à la mise en scène inventive et surprenante de Philippe Person… Sur scène, trois acteurs interprètent tour à tour les plus célèbres personnages du roman avec justesse. Faire rire avec Les Misérables relève de la gageure. Pourtant, les jeux de lumière, les costumes sortis d’un cabaret et le texte, souvent culotté, participent à cette entreprise de détournement. Durant une heure et quart, l’excellent trio émeut dans la peau de parias et commente avec fantaisie cette vaste épopée. Au point d’encourager des pulsions hugovores.” 20 minutes

]]>
http://www.compagniephilippeperson.com/?feed=rss2&p=52 1